Partagez | 
 

 Louisa Robbins | She said shut up and dance with me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 46
Date d'arrivée : 07/09/2016
Âge : 27 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Psychologue
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Lily Collins © louli
Comptes & Disponibilité:
Relations:
MessageSujet: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Mer 7 Sep - 23:15


Louisa Robbins

✤ ft. Lily Collins ©️ louli  ✤
Louisa Robbins est née le 21 mai 1990 à Las Vegas, Nevada. Du haut de ses 26 ans, elle est psychologue et dealeuse de lecteurs mp3. Côté cœur, Louisa est célibataire. Elle appartient au groupe Seven Nation Army.
❝ I don't need no money as long as I can feel the beat  ❞
► Têtue ► Perspicace► Anxieuse ► Bienveillante ► Etourdie ► Extravertie► Maladroite ► Observatrice► Impulsive ► Indépendante

Story of my life Δ

Si Louisa avait eu le temps de réfléchir, elle aurait décliné l’invitation. Mais lorsque Jaden lui avait proposé de passer la soirée dans un casino, son expression était passée de paisible à stupéfaite, sa mâchoire était tombée de trente centimètres (au moins), sa bouche s’était arrondie, et tout ce qu’elle avait trouvé à faire était de bafouiller un petit « euh oui… d’accord » alors que son être tout entier lui criait que c’était une très mauvaise idée. A vingt-trois ans, elle n’avait jamais mis les pieds dans un casino. Elle ne mettait déjà que très occasionnellement les pieds dans un bar. Elle était plus habituée aux cafés paisible en journée, aux bibliothèques, aux endroits calmes, où elle n’avait pas besoin de s’adresser à qui que ce soit, et où elle pouvait profiter d’un moment de répit dans ses révisions. Mais cette fois-ci, elle n’avait plus l’excuse des révisions pour esquiver les sorties. Son meilleur ami et elle avaient obtenu leur diplôme haut la main, et il voulait fêter ça. Si elle avait été souvent frustrée de savoir que Jaden partait souvent faire la bringue sans elle, elle était en général soulagée de ne pas l’accompagner, quand elle constatait son état le lendemain matin en cours. Elle n’avait pas envie de passer des soirées à jouer à la baby-sitter. Et pourtant, ce soir, elle avait accepté de l’accompagner au casino, et même de boire un verre, ce qui allait à l’encontre de ses principes. Où était l’intérêt de développer une cirrhose précoce ? Elle avait vu suffisamment de patients alcooliques en stage pour savoir où une consommation abusive pouvait mener. Et elle avait eu droit aux récits de soirée de Jaden. Et pourtant, elle avait accepté de venir, parce qu’il fallait fêter la fin de ses études. Et après tout, si elle ne faisait pas quelques expériences maintenant, quand les ferait-elle ?

Lorsqu’elle poussa le portillon blanc du jardin, son meilleur ami l’attendait déjà au volant de sa vieille Chevrolet. Elle lui sourit, et grimpa près de lui sur le siège passager. « Classe, ta robe ! » lui lança-t-il. Elle sourit, un peu gênée. Heureusement qu’elle savait que l’ambiance des casinos exigeait un dresscode raffiné, puisque Jaden n’avait pas jugé utile de le lui dire. Elle aurait pu arriver dans une tenue de la vie de tous les jours, et se serait fait refuser l’entrée. « Merci. Je ne fais pas les choses à moitié ». La malice teinta son regard un instant. Si la soirée commençait par un compliment, elle commençait bien, et finalement, peut-être qu’elle s’amuserait bien et qu’elle se laisserait aller un peu. Le sourire qui vint se former sur ses lèvres y resta jusqu’à leur arrivée au casino. Un sentiment de bien-être et d’excitation commençait à l’envahir.

***

Louisa ouvrit les yeux et sursauta, se rendant compte qu’elle n’était pas chez elle. Elle se redressa, et sentit soudainement une tornade dans son cerveau, un mal de crâne comme elle n’en avait jamais connu. Elle frappa l’épaule de Jaden, allongé à côté d’elle. Elle fronça les sourcils, et se rallongea. Il était impossible de rester redressée dans cet état. A moitié endormie, et à moitié vaseuse, elle attrapa un oreiller tombé par terre et entreprit de frapper la tête de son meilleur ami avec. « Jaden, tu te réveilles maintenant ! » grommela-t-elle. Le jeune homme esquissa un mouvement vers elle, mais rabattit aussitôt la couette sur son visage. « Tu te fous de moi ?! Va falloir que tu m’expliques comment je suis arrivée ici ». Elle vit les sourcils de son ami se froncer, les yeux toujours fermés. « Tu te rappelles pas ? ». Soudain, Louisa réfléchit. Ils avaient été au casino, ça c’était certain, c’était prévu en avance. Elle avait bu un verre. Il était bon, donc elle en avait bu un autre, et… ainsi de suite. Elle se rappelait de la sensation d’ivresse, et de l’amusement, mais pas des détails de la soirée. Tout à coup, un sentiment de panique l’envahit. Elle ne se souvenait pas. Et elle venait de se réveiller dans le lit de Jaden, en sous-vêtements. Jaden qui était amoureux d’elle depuis longtemps. « Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce que j’ai fait ? ». Le jeune homme semblait complètement blasé par sa réaction, comme si elle n’avait pas de raison de paniquer. « Morgan, ça ne te dit rien ? » Elle tenta de recréer le film de la soirée dans sa tête, mais pas moyen de se rappeler qui était Morgan. Elle secoua la tête, avant de constater que cela donnait le mal de mer. « Ah ouais, quand même… Disons que vous vous êtes sacrément bien amusées, en boîte ». L’incrédulité se lut sur le visage de Louisa. « En boîte ? Mais on n’a pas été en boîte, si ? Je sais même pas danser » Le jeune homme ouvrit cette fois grand les yeux, visiblement contrarié. « Tu ne te rappelles vraiment de rien ? ». Louisa commençait vraiment à se poser des questions. Qu’avait-elle bien pu faire de si gênant ? Les sourcils froncés, et la lèvre inférieure pincée, elle fixa son meilleur ami en quête d’une réaction qui pourrait lui donner plus d’informations.  « Je me rappelle que je me suis amusée, c’est le principal, non ? » Jaden roula des yeux, mais sourit tout de même. « Oui oui ».
Dans le doute, Louisa ferma la porte à clé. Elle n’arrivait toujours pas à savoir si Terri la fermait machinalement, ou pour une raison particulière. Cela faisait déjà une dizaine de fois qu’elle passait la nuit dans ses draps, mais c’était justement ça qu’elle venait faire, ni plus ni moins. Si elle tentait d’oublier tous ses tracas quotidiens, et de tout oublier, elle pouvait se passer de retenir tous les détails du comportement de sa partenaire ou ses habitudes. Du moins, c’était ce qu’elle croyait avant de se retrouver avec le double des clés de l’appartement dans les mains. La jeune femme savait très bien qu’une clé était un signe indiscutable que Terri souhaitait qu’elle partage un peu plus que ses nuits. Et dans l’état actuel des choses, elle ne voulait rien de sérieux. Elle ne voulait pas s’engager dans quoi que ce soit, se sachant beaucoup trop instable. Sa mère le lui avait souvent répété. Elle s’était entendu dire que ses rêves étaient invalides, et qu’ils changeaient trop, que sa mère n’arrivait plus à lui imaginer un futur, et qu’elle avait abandonné. Si Louisa savait que cela ne voulait pas dire que sa mère pensait qu’elle ne ferait rien de sa vie, elle était tout de même blessée par le manque d’estime qui lui était accordé. Effectivement, elle avait souvent changé de projet en cours de route, mais de là à abandonner l’idée de les suivre et de croire en leur réalisation… Elle pensait mériter un peu mieux que ça. Pour elle, c’était une injustice. Tout comme il était injuste que Terri attende plus d’elle que ce qu’elle pouvait lui donner. Elle était incapable de répondre aux attentes des autres, elle le savait, et ça lui pesait suffisamment pour qu’elle n’ait pas envie d’affronter le regard insistant de la blonde. Elle imaginait déjà la discussion, les questions, les réponses, le « pourquoi tu ne veux pas ? on serait bien pourtant », les « je pensais que je te plaisais ». Et que pourrait-elle répondre à ça ? Que la blonde ne lui déplaisait pas, mais qu’elle était incapable de s’attacher, qu’elle ne savait pas où elle voulait aller et qu’elle ne voulait pas embarquer quelqu’un dans le tourbillon de sa vie ? Elle ne saurait pas comment formuler ça. Et elle savait que Terri aurait des arguments pour contrer les siens, qu’elle se laisserait convaincre de tenter quelque chose, qu’elle se forcerait, se lasserait, romprait, et lui briserait le cœur. C’était évident. Non, il fallait qu’elle évite soigneusement cette situation. La meilleure idée était sans doute de couper court à cette relation avant qu’elle ne leur fasse du mal à toutes les deux avec la culpabilité et la déception.

Elle hésita à appuyer sur la poignée, rentrer dans l’appartement telle une furie, et annoncer la nouvelle à l’autre jeune femme de but en blanc. « C’est fini, tu ne me reverras plus ». Ca sonnait bien dans les films. Mais Louisa avait compris depuis un bon moment que la vie n’était pas un film. Il fallait qu’elle trouve un moyen plus délicat, plus subtil, moins douloureux, de s’éloigner de Terri. La pauvre n’avait sans doute pas demandé à s’attacher, et Lou aurait aimé éviter autant que possible de lui causer de la peine. Alors elle réfléchirait plus tard, à la pause repas, quand un énième patient lui aurait parlé des raisons de la mort de son poisson rouge. On aurait pu dire que Louisa se moquait éperdument de ce que lui racontaient ses patients, mais c’était faux. Quand bien même les raisons qui les poussaient à se sentir mal pouvaient paraître risibles, elle ressentait leur peine, et ça lui faisait souvent du mal. Elle respectait la douleur psychique des autres, peu importe les causes. Elle cherchait en permanence à démêler le passé des autres, à leur donner des clés pour avancer. Il était plutôt ironique qu’elle se sente coincée dans le labyrinthe de sa vie, et qu’elle ne sache pas quel chemin emprunter pour en sortir. Les défis qu’elle se donnait à elle-même étaient peut-être irréalisables ? Quoi qu’il en soit, cela faisait au moins cinq minutes qu’elle était devant la porte, et si elle restait réfléchir plus longtemps, elle allait arriver en retard au cabinet. Si elle fermait à clé maintenant, le bruit du verrou indiquerait à Terri qu’elle était restée là tout ce temps. Et elle ne voulait pas que la blonde en sache quoi que ce soit, car elle se ferait des films.

La jeune femme se dirigea donc vers l’ascenseur, ses talons claquant sur le carrelage du couloir de l’étage. Elle fit le trajet machinalement jusqu’au cabinet, salua Sarah à l’accueil, tira la chaise de derrière son bureau, et posa sa veste sur le dossier, dans un enchaînement routinier. Elle s’assit sur sa chaise et se retrouva face à son bloc-notes vierge. Elle n’avait même pas envie de regarder ses rendez-vous du jour. Peu importe qui viendrait, elle n’en avait que faire. Le nœud de son estomac venait de se resserrer, comme à chaque fois qu’elle avait une décision à prendre. Et elle avait peur de ne pas être de bon conseil aujourd’hui. Elle avait peur que sa vie privée n’influence trop ses compétences professionnelles. Elle avait peur de ne pas être à la hauteur des attentes de ses patients, qui n’arrêtaient pourtant pas de la remercier pour son aide. Serait-elle différente aujourd’hui ? Le remarqueraient-ils ? Et s’ils étaient déçus ? Elle se sentit envahir par un sentiment qu’elle connaissait bien, et qu’elle détestait. Ce stress invisible, mais qui rongeait tout son être et lui donnait en permanence envie de prendre la fuite. Elle voulait annuler tous ses rendez-vous, et partir loin, dans un autre état. C’était peut-être ça, la solution. Partir très loin. Cela lui donnerait une bonne excuse pour ne plus voir tous ces gens qu’elle décevrait, et leur déception ne l’atteindrait plus si elle était loin. Ses patients, Terri, ses parents… Si elle quittait Vegas et qu’elle ne les revoyait plus, elle n’aurait pas à affronter leurs regards lourds de reproches. Elle préférait les éviter avant même qu’ils ne naissent. Fuir avant même d’avoir une raison de fuir. Elle ne savait plus quoi faire, la panique la saisit un instant. Mais la sonnerie de son téléphone retentit. Elle savait que si Sarah faisait sonner son téléphone, cela voulait dire que son premier patient allait rentrer. Elle inspira un bon coup pour se recomposer, et sourit. Une fois lancée dans une séance, le reste ne comptait plus. Ou presque.
Jouer sur deux tableaux, quelque chose que Louisa maîtrisait à la perfection. La manipulation faisait partie d’une de ses techniques en thérapie. Ecouter ce que lui disait son patient, hocher la tête, montrer qu’elle avait bien entendu, et qu’elle était d’accord, pour progressivement l’amener sur d’autres pistes, le faire réfléchir, et au final, aller dans son sens à elle. Son sens à elle, c'était celui qui aiderait cette personne à améliorer sa vie et à se sentir mieux au quotidien.

Toutefois, cette fois-ci, la situation était complètement différente. Les doigts du gardien pianotaient avec insistance sur le bureau, attendant une réponse de sa part. Une moue s’étirait volontairement sur le visage de Louisa, dans le but de prétendre qu’elle réfléchissait, qu’elle analysait la situation. Situation qu’elle avait déjà analysée en détail, dans le noir de sa cellule, lorsqu’elle n’arrivait pas à dormir les nuits précédentes. Elle savait qu’on allait tenter de la rallier à la cause anti-musicale. Elle l’avait senti, et avait entendu les rumeurs le long des couloirs. C’était quelque chose qui se faisait fréquemment dans l’enceinte de West Unity.

« Alors ? » Elle redressa la tête, et planta son regard droit dans celui de l’homme baraqué qui était assis en face d’elle. « Je ne rejoindrai pas vos rangs ».
Il semblait interloqué qu’elle puisse s’opposer aussi calmement, et avec autant de certitude. Elle vit ses traits et son poing se fermer. Il n’était pas habitué à ce qu’on lui résiste, et sa patience n’était pas au rendez-vous. Elle vit les muscles de ses cuisses se tendre, prêt à bondir sur elle. Elle lui fit un sourire narquois. « Je serai bien plus efficace si je laisse les rebelles croire que je suis de leur côté ». Les sourcils de l’homme se froncèrent, mais la tension dans la pièce redescendit. « Qu’est-ce que vous êtes en train de me dire ? » Elle était prête, et savait que répondre. « Que le meilleur moyen de réprimer la musique n’est pas d’interpeller les gens avec barbarie, mais de leur faire changer petit à petit d’avis. De conditionner l’esprit de la population, pour qu’elle associe la musique à un sentiment négatif ». Elle s’interrompit, pour voir si l’armoire à glace comprenait quelque chose à ce qu’elle était en train de lui dire. Devant l’air dubitatif de celui-ci, elle reprit. « Je suis psychologue. L’esprit humain, ça me connait. J’ai des patients en provenance de tous les quartiers de la ville. Certains se plaignent de la façon négative dont la musique a influencé leur vie, et dans ce cas, je peux renforcer leur idée qu’elle est responsable de leurs problèmes en tout genre, en créant encore plus de dégoûts. Et je peux progressivement faire changer d’avis à ceux qui en chantent les louanges ». Le gardien secoua la tête de droite à gauche. « Je vois pas comment vous voulez faire ça. C’est des coriaces ». Elle lui sourit, son visage débarrassé de toute tension. « En créant le doute dans leur esprit. Pointer du doigts ce qu’ils croient être positif, et démonter leurs arguments, un par un, de façon subtile ».

La jeune femme n’était pas fière de pouvoir affirmer être douée en manipulation, mais elle admettait aisément posséder cette aptitude. Du moins, elle se l’avouait à elle-même. Et dans un cas comme celui-ci, c’était quelque chose qu’elle voyait de façon positive, c’était utile. Elle allait se tirer d’un sacré pétrin, et renforcer sa couverture, pour pouvoir sortir de ce trou en toute sécurité et continuer à écouter de la musique, l’air de rien. Ses projets étaient à l’opposé complet de ceux qu’elle était en train d’exposer à son détenteur. Elle, dénigrer la musique ? C’était sans doute la meilleure blague qu’on ait entendue à Rosecliff depuis que les rires avaient soudainement cessé ce 7 juillet. Le lecteur mp3 avec lequel elle avait été interpellée cette fois n’était pas le seul qu’elle possédait. Mais elle ne confesserait pas à cet homme en cacher une bonne vingtaine dans le compartiment à lessive de son lave-linge. Evidemment, lors des différentes perquisitions ayant eu lieu chez elle, le Désaccord n’avait pas pensé à cette cachette. Qui serait suffisamment stupide pour mettre du matériel électronique près d’un équipement dont la fonction principale était de tremper et de secouer son contenant ? La pensée de l’ingéniosité de sa cachette arracha un sourire involontaire à la jeune femme. Par chance, elle s’en rendit compte et tenta de le faire passer pour une preuve de complicité avec son interlocuteur, qui semblait à présent convaincu par la méthode de conversion qu’elle lui présentait. Tellement convaincu par la méthode elle-même, qu’il ne pensait à pas à la crédibilité de la personne qui lui en faisait part. C’était dans la poche. Louisa allait sortir d’ici en prétendant être un agent double, quand, en réalité, comptait faire l’apologie de la musique et la répandre de manière souterraine dans les cœurs des habitants de Rosecliff.

And I said hey, what's going on? Δ

A la suite de l'arrêté, Louisa n'a pas cessé d'écouter de la musique, et a fait un séjour à West Unity pour récidive. Cependant, à sa sortie, elle a connu une recrudescence dans sa clientèle, traumatisée ou non par les incidents, ce qui va pour la ravir. Néanmoins, dans le cadre de son travail, comme dans sa vie privée, elle ne s'éternise pas sur son point de vue sur les évènements. Elle affirme être pour l'arrêté, quand au fond, elle le trouve ridicule, et aimerait qu'il soit levé. Lorsqu'un patient lui exprime son désamour pour la musique et son soulagement quant à l'arrêté, elle va dans son sens, afin de ne pas avoir de ne plus avoir de problèmes avec les autorités après son séjour à West Unity. Mais lorsqu'un patient prend le risque de lui avouer son amour pour la musique, elle va dans son sens, et s'improvise dealeuse de lecteurs mp3 qu'elle reçoit via une tante qui fait régulièrement la navette entre Richmond et Rosecliff. Petit à petit, elle compte se créer un réseau pour répandre la musique en toute discrétion dans la ville, jusqu'à ce qu'il soit trop tard et que les autorités ne puissent plus rien y faire.

Bonus Δ

Prénom ou Pseudo : Anaëlle, ou Ikéa, au choix  fourbeÂge : 19 ans  anna  ► Comment avez-vous connu le forum ? : je vous laisse deviner, parce que je suis pas drôle ArrowFréquence de connexion : autant que possible et RP une ou deux fois par semaine ► Expérience RP : j’ai fait une grosse pause, mais quelques années derrière moi quand même  cutie  ► Et vous, vous en pensez quoi de l'arrêté municipal ? Screw it ► Code du règlement : Mot de la fin : déjà hâte de vous retrouver  brille .
2016 ©️ NEW AMERICANA
toute reproduction interdite


 


Dernière édition par Louisa Robbins le Sam 10 Sep - 11:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
low on self esteem, so you run on gasoline

Messages : 661
Date d'arrivée : 07/03/2016
Âge : 27 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Elle travaille comme détective privé, dans sa propre agence, Blue Street Investigations
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Elizabeth Olsen + (c) astoria
Comptes & Disponibilité: Tate Bartowski + disponible
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Mer 7 Sep - 23:21

IKÉAAAAAAAAA PETITE FOURBE timba timba Je suis trop contente de te voir ici, avec Lily en plus Je te dis bon courage pour ta fiche, n'hésite pas si t'as des questions (et même si t'en as pas, ma boîte MP t'es ouverte pouhaha).

PS. C'est Jamie, btw. C'était pas évident, alors, je le dis mdr

_________________________
coney island queen
darling, darling, doesn't have a problem. Lying to herself, 'cause her liquor's top shelf. It's alarming honestly how charming she can be, fooling everyone, telling them she's having fun. •• carmen (lana del rey)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
+ i've never loved a darker blue than the darkness i've known in you

Messages : 992
Date d'arrivée : 07/07/2016
Âge : 26 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Auteure, propriétaire du R&E's Bookshop, bénévole chez les Musiciens Anonymes
Quartier : Roosevelt Gardens

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Scarlett Johansson ©ssoveia
Comptes & Disponibilité: Cat S. Robertson + Daisy Byers - disponible
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Jeu 8 Sep - 8:37

ANA brille Quelle surprise de te retrouver là ! Je suis trop contente. Avec Lily Collins en plus brille

Bienvenue par chez nous ! Je te souhaite une rédaction inspirée brille J'ai super hâte de lire la suite de ta fiche héhé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
I don't give a damn 'bout my bad reputation

Messages : 474
Date d'arrivée : 07/03/2016
Âge : 25 ans
Statut : Marié à Anna Ainsworth
Occupation : Conseiller à West Unity
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Ash Stymest (c) Lux Aeterna
Comptes & Disponibilité: Timothy Ainsworth & Matthew Pratt
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Jeu 8 Sep - 12:18

Owi Lily brille et toi timba

Bienvenue et au plaisir de lire ta fiche !

_________________________
    James Arthur - Say you won't let go
    So I wrote this song for you. Now everybody knows that it's just you and me until we're grey and old. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 46
Date d'arrivée : 07/09/2016
Âge : 27 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Psychologue
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Lily Collins © louli
Comptes & Disponibilité:
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Jeu 8 Sep - 17:08

Merci les coupains loveex
Je suis trop trop trop contente de pouvoir reprendre le RP timba et avec vous, en plus de ça timba

Je finis de rédiger la fiche dès que mon bébé chien cessera de me réclamer de l'attention

PS: mention spéciale aux codes des smileys que je connais déjà fourbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Jeu 8 Sep - 17:35

Bienvenuuuuuuue brille Je suis contente aussi de te retrouver brille J'espère qu'on trouvera un lien fourbe
Revenir en haut Aller en bas
avatar
❝ WE DON’T HAVE TO FALL FROM GRACE

Messages : 171
Date d'arrivée : 14/05/2016
Âge : 20 ans
Statut : Célibataire. Ouverte au dating mais très difficile sur qui elle laisse entrer dans son coeur. Elle peut avoir des relations mais la plus part sont superficielles.
Occupation : Etudiante depuis un an.

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Selena Gomez • Avatar & Gif by always. (me)
Comptes & Disponibilité: Lizbeth Sophia Mannings • Dispo 7/7 • Absente du 11/08 - 15/08
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Ven 9 Sep - 12:24

Bienvenuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://welcome-ho.me
avatar
Promises are made to be broken

Messages : 278
Date d'arrivée : 09/07/2016
Âge : 26 ans
Statut : It's all in the name...
Occupation : En négociations.
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: A. Sudol @ Dream in the Dark & Ssoveia
Comptes & Disponibilité: Anna Preston / Dispo
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Sam 10 Sep - 0:34

Welcome baaaaaaack (ouais, back ! anna)
Anna va être grave contente de retrouver Nina Stewart à Rosecliff... Rolling Eyes
Hâte de voir tes finitions ! timba
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 46
Date d'arrivée : 07/09/2016
Âge : 27 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Psychologue
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Lily Collins © louli
Comptes & Disponibilité:
Relations:
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Sam 10 Sep - 2:44

Merciiiii tout le monde ! timba
C'est sûr qu'on va trouver un lien, Billie fourbe moi j'y crois fourbe
Et Anna, je ris mdr

Bon, j'ai pas encore trouvé le temps de finir l'histoire, mais j'ai ce week-end ça devrait être bon :smileysuperhérosinexistant: : cheerio:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GODDAMN RIGHT || you should be scared of me

Messages : 363
Date d'arrivée : 07/03/2016
Statut : Dévoué à ses concitoyens
Occupation : Faire régner l'ordre et la morale
Quartier : Madison Grove
MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   Sam 10 Sep - 20:13

Très intéressant tout ça fourbe Toutefois, même si ta validation a été approuvée par nos soins, nous t'informons que :

Après débat, nous pensons que tu ne mérites pas l'abjecte punition de faire partie des Seven Nation Army (#inyourfaceRiley). Nous estimons qu'il y a encore un espoir te concernant, chère Louisa. A notre avis, ta place se trouve plutôt chez les Tongue Tied -- pour l'instant, du moins.

Ensuite, serait-il possible que tu te vieillisses d'un an, au moins ? Nous avons du mal à savoir si tu exerces ton métier de psychologue depuis longtemps ou pas. Quelques-uns d'entre nous te trouvent un peu trop jeune. 27 ans, ça nous paraîtrait un peu plus raisonnable, disons !

Tout ceci pris en compte, nous t'invitons a créer ton topic de liens et de rp, puis à faire toutes les demandes utiles à ton personnage. N'oublie pas de recenser les membres de l'entourage de Louisa qui ont disparu lors du 7/07. Ce n'est pas obligatoire, c'est seulement si elle a perdu quelqu'un.

Plus tard, si tu le souhaites, tu pourras créer ton propre scénario en suivant la procédure. Si tu as la moindre question ou suggestion, n'hésite pas à passer par ce topic.

Te connaissant, tu auras sans doute des suggestions pour étoffer notre répertoire musical officiel. Attention aux paroles des dites chansons, nous t'avons à l’œil.

Nous te conseillons tout de même de faire très attention, Louisa. Quand on joue au jeu des Trônes un double jeu, soit on gagne soit on meurt paie comptant les conséquences...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Louisa Robbins | She said shut up and dance with me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louisa Robbins | She said shut up and dance with me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Americana :: L'ADMINISTRATION :: Come as you are :: Présentations validées-
Sauter vers: