Partagez | 
 

 #1. [Donovan's] Beat it.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: #1. [Donovan's] Beat it.   Lun 12 Sep - 0:16

La fumée s’échappa de ses lèvres couleur vermeille et l’obstacle vaporeux bloqua temporairement sa vue. Le coude posé sur la coiffeuse, Billie dégagea lentement la cigarette de sa bouche pour mieux contempler la photographie abandonnée sur la même surface. Le visage que cette dernière dévoilait hantait Billie depuis dix ans, presque jour pour jour, mais il ne l’obsédait véritablement que depuis deux heures.

Il fut un temps, elle connaissait ce visage dans ses moindres détails. Ce regard clair et pénétrant sous d’épais sourcils bruns, ce nez droit, la courbe attrayante de cette lèvre supérieure, le duvet de poils sombres sur ce menton. Le visage l’avait apaisée, puis troublée, parfois agacée, mais elle avait fini par le détester. Elle ne l’avait plus revu depuis des années, et pour cause ; il était associé à la période la plus noire de sa vie. Associé à des souvenirs, mais associé surtout à de nombreux regrets et une blessure qui, malgré les années, demeurait cruellement vive. Au fil des mois qui avaient suivi l’Incident, elle était parvenue à se convaincre qu’elle était capable d’oublier les traits de ce visage et d’aller de l’avant, pour son propre bien. Pourtant, dans sa mémoire, ils demeuraient intacts. Elle n’avait jamais oublié l’intensité du regard, l’appel qui semblait émaner des lèvres, ni même le son de la voix associée au visage. Et si ce n’étaient les quelques rides qui semblaient désormais souligner le regard du beau brun, témoins des années passées, le visage restait fidèle à celui qu’elle avait gardé en mémoire. Celui de son ex-mari.

Ramenant la cigarette près de son propre visage, elle la cueillit entre ses lèvres et ferma brièvement les yeux afin de mieux apprécier le feu qui réveillait ses poumons. Son soulagement ne fut que temporaire cependant, car son regard s’ouvrit à nouveau sur la photographie dès que ses paupières se relevèrent, ressuscitant sa terreur muette. Billie n’avait pas le moindre indice concernant l’identité du destinateur du courrier qu’elle avait découvert deux heures plus tôt dans sa boîte aux lettres, mais une chose était certaine : la menace était bien réelle. Seule la photographie se trouvait dans l’enveloppe, nul mot ne l’accompagnant, et la femme du shérif ne pouvait même pas compter sur le cachet de la Poste, car il n’existait pas. L’enveloppe était vierge, ce qui signifiait que le destinateur l’avait déposée directement chez la McLean, un détail d’autant plus alarmant pour la principale intéressée qui redoutait la proximité de la personne cachée derrière ce courrier. Au cours de ces cent-vingt dernières minutes, elle avait passé en revue toutes les personnes capables de connaître son secret, mais aucun nom ne retenait véritablement son attention. Les certitudes de Billie s’étaient effondrées à la seconde où elle avait posé son regard sur la photographie. Son secret était menacé, mais la menace pouvait jaillir de n’importe qui, ce qui rendait son objectif bien plus délicat – empêcher la diffusion éventuelle dudit secret par tous les moyens.

Billie écrasa le mégot dans un cendrier et sonda une dernière fois la photographie de Simon Green. Assis sur un banc, le visage légèrement incliné vers le bas, il semblait avoir été pris à son insu. Le cadre était suffisamment serré pour dévoiler les détails de son visage et ne laissait aucun doute sur son identité. Mais ce qui trahissait inéluctablement le secret de Billie était la date inscrite dans le bord en bas à droite de la photographie. 07.07.2016. Une date lourde de sens, et de conséquence. Billie ne pouvait imaginer la réaction de son mari, ou pire, celle de son fils, si ces derniers avaient eux-mêmes découvert le courrier dans la boîte aux lettres.

Tirée de sa torpeur par la vibration de son téléphone portable sur le meuble, elle se redressa brusquement et saisit l’objet précipitamment, ravie de la distraction apportée par le texto qui s’affichait déjà sur l’écran et contenait une adresse précieuse que comptait bien utiliser Billie. Cette dernière tapota une réponse rapide puis se releva du tabouret avec empressement. Après avoir glissé la photographie dans la poche intérieure de sa veste et fait disparaître paquet de cigarettes et cendrier, elle quitta la chambre, puis la maison afin de se rendre directement à l’adresse indiquée.

Après s’être introduite dans l’immeuble avec une facilité déconcertante – la faute à l'adolescente qui en était sortie au moment où elle s’était penchée sur l’interphone, et qui lui avait laissé le chemin libre sans poser de questions – Billie s’arrêta devant la porte de l’appartement qui, à en juger par le nom de l’agence inscrit en lettres majuscules sur la porte, faisait également office de bureau. Malgré la semi-obscurité dans laquelle était plongé le couloir, elle replaça la monture de ses lunettes de soleil sur son nez, soucieuse de préserver son identité. Quiconque reconnaîtrait Billie McLean devant cette porte ne tarderait pas à poser des questions, or ce n’était clairement pas dans son intérêt. Elle ne tarda donc pas à sonner à la porte de l’appartement, et lorsque la porte s’ouvrit quelques (longues) secondes plus tard, la rouquine ne laissa pas le temps à la jeune femme qui lui faisait face de prononcer un seul mot, prenant immédiatement les devants et exposant en quelques mots ses intentions. « Michelle Donovan ? J’ai besoin de vos services. Puis-je entrer ? ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
low on self esteem, so you run on gasoline

Messages : 661
Date d'arrivée : 07/03/2016
Âge : 27 ans
Statut : Célibataire
Occupation : Elle travaille comme détective privé, dans sa propre agence, Blue Street Investigations
Quartier : Madison Grove

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Elizabeth Olsen + (c) astoria
Comptes & Disponibilité: Tate Bartowski + disponible
Relations:
MessageSujet: Re: #1. [Donovan's] Beat it.   Ven 30 Sep - 22:03

À l’heure où Billie McLean montait les escaliers de son immeuble, Michelle était bien loin de se douter de l’identité de sa prochaine cliente. À vrai dire, elle sortait à peine du lit. « Putain. » jura-t-elle en constatant que le café qu’elle avait acheté en début de semaine avait fait son temps plus tôt que prévu. Sans plus attendre, elle appuya sur la pédale de sa corbeille et y jeta la boîte vide avec contrariété. Monter une affaire comme Blue Street Investigations promettait un revenu florissant à n’importe quel entrepreneur de son calibre. Une stabilité financière qu’une jeune femme de son âge était en droit d’espérer. À conditions, évidemment, d’avoir une clientèle un peu plus affluente que celle qu’elle recevait chaque jour depuis l’ouverture de son agence. Pour le moment, les affaires demeuraient un peu trop calmes à son goût et les quelques contrats qu’elle avait reçu depuis le début du mois n’avaient rien eu d’excitants. Le challenge n’avait pas été au rendez-vous et l’avait laissée frustrée sinon désintéressée. Où se planquaient les affaires palpitantes qu’on lui avait vendues à l’université jusqu’à lui en donner l’eau à la bouche ? Pessimiste, elle commençait à réaliser qu’elle ne les trouverait peut-être pas dans une ville comme Rosecliff, qu’elle avait peut-être fait le mauvais choix en décidant de rester ici. Ou alors, qu’il lui faudrait être patiente, car ce genre de « gros coup » n’arrive qu’une fois par an – voire deux, pour les grands chanceux. Elle les attendait de pied ferme, ces gros coups, et avec impatience. Dans l’intervalle, elle se condamnait à vivre dans un confort comparable à celui d’un étudiant livré à lui-même et gagnait son pain en suivant les époux d’épouses paranoïaques.

Elle entendit sonner à sa porte, et s’empressa de traverser l’appartement sans plus accorder la moindre importance à ses plans de petit-déjeuner. Une main posée sur la poignée de la porte, Michelle se lissa les cheveux du plat de la main et se prépara mentalement à accueillir un client difficile. D’une certaine manière, ils l’étaient tous. Elle inspira profondément, se composa un sourire poli et ouvrit la porte. Elle n’eût pas le temps d’ouvrir la bouche que la superbe rousse qui lui faisait face ouvrait déjà la sienne. Une initiative qui tranchait avec les femmes hésitantes qui s’étaient aventurées jusqu’à son palier jusqu’à présent. Michelle marqua un bref temps d’arrêt, interpelée avant toute chose par la paire de lunettes extravagantes – à ses yeux – que portait celle qui se présenta comme étant une cliente potentielle. Au moins, songea-t-elle quand Billie McLean dévoila finalement son visage, elles avaient fait leur boulot. « Absolument. » Réprimant habilement un sourire moqueur, Shay repoussa doucement la porte d’entrée contre le mur et s’effaça pour laisser Billie entrer. Si celle-ci avait eu besoin de s’assurer de son identité, le contraire n’avait pas lieu d’être : Billie McLean était une figure reconnue à Rosecliff, et seules les nouvelles têtes pouvaient prétendre ignorer à qui appartenait cette chevelure flamboyante.

« Si on m’avait dit que Billie McLean passerait par ici… Assis-toi. » l’invita-t-elle en désignant les deux chaises qui faisaient face au bureau qu’elle avait installé au milieu de ce qui aurait dû être son salon. Sans se soucier d’être passée directement au tutoiement – une autre « mauvaise » habitude dont elle n’avait jamais essayé de se défaire – Michelle contourna son bureau à la surface blanche pour s’installer dans son siège et faire face à Billie. « Je vais aller droit au but : qu’est-ce qui t’amènes ? Je doute que ce soit une suspicion d’adultère. » Ou peut-être bien que si, qu’en savait-elle après tout ? Elle ne connaissait Austin McLean que de loin et ne pouvait pas se vanter de le connaître personnellement. Se mordant la lèvre pour réprimer sa curiosité maladive, Michelle attendit patiemment que Billie reprenne la parole pour clarifier le motif de sa visite, haussant un sourcil encourageant en guise d’invitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#1. [Donovan's] Beat it.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Americana :: WELCOME TO ROSECLIFF, VIRGINIA :: Madison Grove :: Logements-
Sauter vers: