Partagez | 
 

 #1. [Whitacker's] When you see my face I hope it gives you Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 78
Date d'arrivée : 09/07/2016
Âge : 30 ans
Statut : Séparé
Occupation : Médecin - Directeur du New Sharon Memorial Clinic
Quartier : Roosevelt Gardens

♪ Feuille de personnage ♪
Avatar & Copyright: Andrew Scott - Schizophrenic
Comptes & Disponibilité:
Relations:
MessageSujet: #1. [Whitacker's] When you see my face I hope it gives you Hell   Mar 6 Sep - 3:26

Un jour de congé. Enfin. Si on pouvait appeler ça comme ça dans la mesure où il était prisonnier jusqu’au cou dans la paperasse, un des inconvénients à être directeur d’hôpital même s’il restait fier de sa promotion à un si jeune âge. Même si ce n’était que dans une petite ville comme Rosecliff. Et puis il aimait son travail. Il aimait aider les plus démunis à recevoir des soins dans un pays où la sécurité sociale n’existait pas, ou très peu. Il aimait le contact facile avec les patients et il appréciait même ses collègues et subordonnés, enfin la moitié, ou le quart, et seulement à petites doses. En fait il était plutôt content de ce qu’il avait accompli ces dix derniers mois malgré son arrivée en catastrophe. Il avait quitté son ancienne vie avec perte et fracas, prêt à mettre ces dernières années derrière lui et à refaire sa vie sur sa terre patrie.

Il se souvenait encore de la rage qui l’avait saisit quand il avait décidé de quitter Londres, son travail et son époux. Lestat était juste arrivé au point de non retour où il ne parvenait plus à fermer les yeux sur les frasques de Kelly. Il en avait supporter pourtant, sachant que malgré tout ils s’aiment mais même l’amour ne suffisait plus parfois. Il avait su qu’il devait partir ou risquer de se perdre (ou de se retrouver sous la garde de cette chère Reine pour homicide et violence aggravée, entre autre). Il ne voyait tout simplement plus son avenir avec lui. Il voulait évoluer loin du monde des artistes et de la musique qui ne faisait que le blesser et lui briser le coeur de toute façon. Alors il avait accepté la proposition qu’il avait d’abord eu l’intention de décliner et était retourné aux Etats-Unis. Mais pas à Boston, hors de question qu’il retourne auprès de sa famille de sangsues assistées qu’il avait laissé derrière lui sans regrets des années auparavant à part pour l’appel annuel voire bi-annuel qu’il daignait bien leur accorder, non il avait prit l’avion pour la Virginie et avait attiré dans l’endroit qui avait bien des airs de Paradis sur Terre pour lui.

La musique réglementée et contrôlée, les musiciens restant à leur place, et aucune pollution néfaste de leur part. Bien sûr, il s’était aménagé un petit coin pour écouter et jouer la musique qu’il aimait sans risque mais ce n’était absolument pas de l’hypocrisie de sa part. Loin de là. Il respectait les règles et n’embêtait personne avec ses choix musicaux et chantait avec plaisir dans la chorale, la seule autorisée en ville.

Tout cela l’avait mené à l’instant présent, en train de consulter et signer systématiquement tous les documents qui lui passaient sous la main tout en savourant un verre de thé glacé et en écoutant doucement un air de violoncelle de Schubert, profitant de la quiétude de la Virginie semi rurale. Une quiétude qui fut bientôt rompu par un hurlement. Un hurlement anglais terriblement familier.

Avec stupeur, Lestat se précipita à la fenêtre donnant sur la rue et laissa échapper un juron. Kelly Stone, son époux et emmerdeur professionnel qui n’avait toujours PAS signé les papiers du divorce, se trouvait en face de chez lui. Une guitare à la main. Et il se mit à chanter.

Au bout de sa vie, Lestat laissa sa tête frapper deux fois la vitre en soupirant. Il ne savait pas comment ce dernier l’avait retrouvé mais sa vie paisible venait bel et bien de prendre fin. Après quelques secondes, il saisit son téléphone et appela la police, en prenant soin de masquer son numéro.

-Allô ? J’appelle à propos d’une perturbation à Roosevelt Gardens. Un homme est en train de jouer de la musique interdite en pleine rue? … Très bien. Merci.

Et voilà ! Il avait encore le droit à un petit répit. Et si une demi-heure plus tard, le commissariat l’appelait de nouveau, personne ne pouvait lui en vouloir de ne pas décrocher tout de suite.

*°*

Cinq heures plus tard, Lestat pénétrait dans le commissariat après avoir décidé qu’il avait assez fait mariner Kelly comme ça. En soupirant, il paya et signa pour la caution, sentant de nouveau les chaînes qu’il avait laissé derrière lui s’enrouler de nouveau autour de lui. Un des officiers le mena jusqu’aux cellules où son (ex) époux l’accueillit avec sa finesse habituelle. Il leva un sourcil et croisa les bras, dans sa pose la plus bitchy.

-Franchement, la ferme you bastard. Estime toi heureux que je sois là pour te sortir de là ET me porter garant de ta conduite par la suite. Maintenant tu te lève et tu t’amène. J’ai pas que ça à faire.

Et sans une autre parole, il tourna les talons et se dirigea vers la sortie puis sa voiture, sachant que Kelly n’avait d’autre choix que de le suivre jusqu’à son Austin Martin db4 puisqu’il l'hébergeait sûrement.

-Qu'est ce que tu fais là Kelly hein ? Je t'ai dis que je ne voulais plus te voir, tu sais plus lire ?

Il sentait déjà que le reste de sa soirée serait des plus mouvementées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
#1. [Whitacker's] When you see my face I hope it gives you Hell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Americana :: WELCOME TO ROSECLIFF, VIRGINIA :: Roosevelt Gardens :: Logements-
Sauter vers: